SOUPIERE DE GUSTAVE ODIOT : HISTORIQUE

GRANDE TERRINE, SON COUVERCLE, SA DOUBLURE ET SON DORMANT EN ARGENT PAR ODIOT
Cette soupière est un cadeau d’Henriette de Jonathan de Bischoffsheim à son petit-fils Lucien de Hirsch. Henriette de Jonathan de Bischoffsheim, est née Goldschmidt en mai 1812 à Frankfurt, et décède à Bruxelles en 1892 ; elle est la fille de Hayum Salomon et Gelchen Goldschmidt, et l’épouse de Jonathan Raphael Bischoffsheim, issu d’une grande famille de banquiers qui vont former la banque Paribas. Ils ont quatre enfants : Clara, Ferdinand, Régine et Hortense. Ferdinand Raphael est reconnu comme l’un des grands collectionneurs et philanthrope de son époque, son fils cadet Maurice Jonathan épouse Marie-Thérèse Anne de Chevigné dont le père le comte de Chevigné est lui-même un excellent client d’Odiot qui réalise pour lui en 1867 un grand service de table.

Cette soupière fut offerte à Lucien Jacques Maurice de Hirsch, le seul fils de la fille aînée d’Henriette, Clara épouse de Maurice de Hirsch, probablement pour commémorer son anoblissement en 1880 lorsqu’il reçoit son titre de baron belge ayant pris la nationalité belge en 1877.

Né et éduqué en Belgique, Lucien ne s’intéresse pas aux activités financières et industrielles de la famille mais se consacre entièrement à ses collections d’art et de pièces de monnaie, tout comme sa mère.

UN EXEMPLE DE L’ABOUTISSEMENT DU STYLE DE GUSTAVE ODIOT Cette soupière emprunte clairement sa forme et son décor aux modèles de style Louis XV des Germain, Roettiers et Meissonnier. Ainsi notre soupière est à rapprocher de ce modèle dessiné par Jacques Roettiers et publié en 1748 par Pierre Germain dans un recueil intitulé Eléments d’Orfèvrerie mais qui n’a semble-t-il a jamais été utilisé par l’orfèvre. Thomas et son fils François Thomas Germain vont en revanche beaucoup utiliser cette forme en lui apposant des motifs anthropomorphes.

Modèle de soupière par Jacques Roettiers (1707-1784) Soupière par François-Thomas Germain, Paris, 1757 (Museu Nacional de Arte Antiga, Lisbon) Dessin de terrine provenant probablement de l’atelier de François Thomas Germain (Collection particulière) et Terrine de Thomas Germain, Paris 1733-1734 (Musée de Détroit)
Odiot reprend ici la forme mouvementée et évasée du modèle de Roettiers tout en y incorporant certains éléments décoratifs de style Louis XIV plus réservé que le Louis XV.

Il revisite ainsi un des grands classiques du XVIIIème siècle produite à merveille grâce au talent de ses collaborateurs habituels et qui tout en s’apparentant à ses grandes sœurs du XVIIIème siècle n’en est pas moins une pièce exceptionnelle.


 
 
 
Produits